Menu Blogue recherche

Lancement de l'étude Le point sur la petite enfance 3

Voir le communiqué de presse officiel sur le site de la Fondation Lucie et André Chagnon.

fondation_chagnon

Montréal, le 22 novembre 2011 − À l'occasion du lancement de l'étude pancanadienne Le point sur la petite enfance 3 tenu simultanément à Montréal et à Toronto, la Fondation Lucie et André Chagnon, qui a soutenu ces travaux depuis les tout débuts en 1999, a tenu à réunir trois experts québécois de la petite enfance pour la commenter.

« Depuis la création de notre Fondation, nous avons été fortement inspirés par les recherches de Dr Mustard et nous sommes très peinés par le décès la semaine dernière de ce grand passionné de la petite enfance. Nous nous engageons à continuer de faire rayonner ses travaux pour que son œuvre et sa mémoire vivent encore longtemps », a déclaré Claude Chagnon, président de la Fondation Lucie et André Chagnon.

Comme l'a déclaré le vice-président Philanthropie de la Fondation, Jean-Marc Chouinard : « Nous partageons tout à fait le point de vue de l'honorable Margaret Norrie McCain que les fondations doivent s'engager pour les enfants. Nous adhérons également tout à fait au postulat soutenu dans cette étude à l'effet qu'il faut intervenir de façon précoce dans la vie des enfants pour obtenir les meilleurs résultats et leur offrir undépart intelligent pour l'école et pour toute la vie. Nos actions des dernières années, incluant notre partenariat avec le gouvernement du Québec pour la petite enfance, les saines habitudes de vie et la persévérance scolaire, vont d'ailleurs tout à fait dans ce sens. »

Quelques constats tirés de l'étude

De l'importance d'agir tôt

« Ce rapport nous rappelle l'importance des premières années de vie pour un enfant, preuves scientifiques à l'appui. Il insiste aussi sur le fait que les jeunes enfants devraient avoir accès à des soins et des services de grande qualité si on veut vraiment bien les soutenir à grandir en santé et heureux. C'est ce que nous devons continuer à faire au Québec et partout au Canada », a indiqué Claire Gascon Giard, coordonnatrice générale du Centre d'excellence et du Réseau stratégique pour le développement des jeunes enfants.

De l'importance de soutenir le village autour de  l'enfant

Selon la directrice générale d'Avenir d'enfants, Lyse Brunet : « Pour assurer le développement global des jeunes enfants, et plus particulièrement ceux de milieux défavorisés, il faut soutenir les intervenants locaux qui agissent auprès d'eux. C'est en les aidant à mettre en place davantage d'activités et d'initiatives s'adressant tant aux enfants qu'à leurs parents, des projets conçus à partir d'un diagnostic commun des besoins qu'on pourra y arriver. En 18 mois d'existence, Avenir d'enfants est déjà présent dans 125 communautés locales et soutient une quinzaine de projets pilote pour un investissement total de 25 M$. »

Investir en petite enfance, c'est rentable à tous points de vue!

Le retour sur les investissements faits en petite enfance est très important. En fait, le ratio coûts/bénéfices de ce type d'investissements est de beaucoup supérieur à celui des investissements dans l'éducation primaire, secondaire ou collégiale. Comme le souligne l'économiste Pierre Fortin de l'UQAM, associé de près à cette étude : « Fondamentalement, les gouvernements font de l'argent avec les services de garde à contribution réduite du Québec. Ce programme permet à 70 000 femmes québécoises de plus d'être au travail, ce qui procure ultimement aux trois niveaux de gouvernement un retour fiscal de presque 3 milliards $ (2 milliards $ au Québec et 1 milliard $ au fédéral) pour une subvention annuelle de 2 milliards $ du gouvernement provincial aux services de garde. »

De l'importance pour le Québec de demeurer dans le peloton de tête

Le Québec fait figure de chef de file au Canada en ce qui concerne les politiques en matière de petite enfance et se classe d'ailleurs au premier rang du nouvel outil de mesure lancé dans l'étude, l'Index de l'éducation de la petite enfance 2011 qui cote une vingtaine de variables regroupées en cinq grandes catégories : gouvernance intégrée, financement, accès, environnement d'apprentissage et responsabilité. « Cependant avec son score de 10/15, le Québec a encore du chemin à parcourir et doit maintenir le rythme en ce qui a trait notamment aux services de garde et au soutien aux communautés particulièrement les plus défavorisées. De plus, un récent sondage nous a aussi révélé combien le manque de temps était un problème. La conciliation travail-famille constitue donc un enjeu essentiel pour les parents auquel il faudra s'attaquer de concert avec le gouvernement et les entreprises », a conclu Jean-Marc Chouinard.

À propos de l'étude

Le point sur la petite enfance 3 décrit la situation actuelle des familles canadiennes ayant de jeunes enfants et présente les raisons sociales, économiques et scientifiques justifiant un financement public soutenu dans les soins et l'éducation à la petite enfance. C'est le troisième projet de collaboration dirigé par le regretté docteur J. Fraser Mustard, un chef de file mondial en matière de petite enfance, en collaboration avec l'honorable Margaret Norrie McCain et Kerry McCuaig, agrégée supérieure en politiques au Centre Atkinson de l'Institut d'études pédagogiques de l'Ontario à l'Université de Toronto.

− 30 −

Source :
Fondation Lucie et André Chagnon
Jean Serge Grisé
Directeur, Communications et Affaires publiques
514 816-7520
grisejs@fondationchagnon.org